Livre #1 – 999 ans de serial killers

AUTEUR : Stephane Bourgoin
ANNEE    :  2013
EDITEUR : RING

Résumé : 

365 authentiques portraits de serial killers, un pour chaque jour de l’année, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Assassin à 13 reprises et condamné à mort, on oublie de le pendre pendant sept ans et il est gracié. Une adolescente dénonce son père serial killer dans un talk-show à la télévision. Un vampire suédois qui consomme la chair de ses deux soeurs. A Hong-Kong, des fillettes sont tuées puis violées pour « créer » des fantômes destinés à tourmenter l’épouse du meurtrier. Un père et son fils deviennent tueurs en série à 22 ans d’intervalle. Schizophrène et serial killer, il rêve d’être Freddy Krueger. Icône gay et travestie, « Ryan le dépeceur » devient une vedette de la chanson dans le Couloir de la mort. En prison, le tueur du zodiaque épouse un criminel travesti qui exige de changer de sexe. Un serial killer canadien qui écrit des livres pour enfants. Une Australienne tue son fils de deux ans quand une voix lui affirme qu’il est Jack l’Eventreur…

AVIS :  

On ne présente plus Stéphane Bourgoin, écrivain français spécialisé dans les tueurs en série. C’est après avoir entendu plusieurs personnes, s’intéressant sur les cas de tueurs en série, m’expliquant à quel point ses livres étaient bourrés d’informations intéressantes et très bien écrits, que j’ai décidé de me lancer moi aussi dans l’un de ses bouquins…

J’ai commencé à m’intéresser aux tueurs en série alors que je n’avais que 15 ans, lorsque je suis tombée sur le cas de Roberto Succo (tueur en série italien qui a sévi en France et en Suisse d’avril 1987 à février 1988 ).

Alors attention, c’est vraiment comprendre le fonctionnement psychologique des hommes qui en arrivent à tuer d’autres personnes, sans pitié ni remords, qui est intéressant ( ce doit être le côté anthropologique qui fait ici surface… ), mais en aucun cas, le cautionnement des actes commis par ces personnes… Oui je préfère mettre les choses au clair car certains pourraient croire que c’est vraiment de la fascination malsaine, pure et dure, pour les meurtres et tout ce qui s’ensuit… (et bah non !)

Pour en revenir au livre de Mr Bourgoin, la présentation est plutôt originale. A chaque jour de l’année son serial killer. Les années défilent et s’emmêlent. J’ai trouvé le principe ainsi que le visuel plutôt sympathique. On peut donc lire ce bouquin, en faisant des pauses. Car si vous êtes comme moi, il vous arrive de faire des petites pauses dans vos lectures pour lire d’autres bouquins, et ainsi revenir à une histoire commencée quelques semaines voir mois plus tôt sans reprendre du début et donc… ne plus rien y comprendre…

Au niveau de la facilité de lecture, j’ai trouvé que ce livre se lit plutôt bien, l’auteur à une façon d’écrire plutôt fluide mais bien entendu plus dans un style documentaire que d’un roman d’amour. Ca fait plus article de journal que livre de science-fiction, si vous voulez ! Il y a quelques mots manquants par-ci, par-là, même si ce n’est rien de bien dérangeant.

 

Les cas racontés sont tous plus fous les uns des autres… On en vient vraiment à avoir peur des êtres humains qui nous entourent. Le petit problème, c’est qu’à cause du format, il va y avoir des jours où Stéphane Bourgoin va raconter l’histoire d’une personne en 3 pages et une autre en 3 lignes… Je suis vraiment restée sur ma fin à plusieurs reprises car il m’est souvent arrivé d’en avoir marre de lire sur le tueur en série de plusieurs pages mais d’en vouloir plus sur celui expliqué en quelques lignes. Ces détails, trop aléatoires, m’ont, par moments, lassé.

Par contre il y a vraiment des histoires très intéressantes, certaines ont même mené à des films et des livres que nous connaissons tous plus ou moins maintenant. Par exemple, le cas « d’Ed Gein, le vampire de Plainfield », aurait donné vie au très célèbre personnage du livre de « Psychose » écrit par Robert Bloch : NORMAN BATES. Ou encore l’histoire d’un triple meurtre de jeunes Finlandais âgés entre 15 et 18 ans sur les rives du Lac Bodom, qui a donné son nom au groupe de hard-rock « Children of Bodom ». Et pour être honnête ce dernier cas et un des plus intéressants à lire dans le bouquin.

Personnellement j’aime beaucoup lire sur des tueurs en série, surtout sur des tueurs du XVIII, XIX et début XXe siècle. Bien évidemment les autres cas sont aussi très intéressants, mais pas autant que ceux de ces années-là. Ce livre nous apporte beaucoup d’informations dans le temps en général, on ne porte pas d’attention sur une année, une époque en général et ça donne du caché de pouvoir faire des allers-retours dans le temps (à savoir qu’étant donné que le livre est sorti en 2013, si vous le lisez comme moi, en 2017, vous ne serez pas spécialement à jour dans toutes les updates que Stéphane Bourgoin nous donne tout au long du livre…).

Dans l’ensemble c’est un bouquin plutôt sympa à lire si vous êtes intéressés par les cas de tueurs en série et si vous ne voulez pas spécialement vous lancer dans un livre qui se lance dans une histoire de A à Z. Il est vrai que le livre est un peu bancal dû à son trop d’informations ou à son manque d’informations (comme vous voulez)… tout dépend du cas dont il parle. Mais il réussit le pari qu’est son titre, il nous fait bien parcourir 999 années de tueurs en série en tout genre et ça, ça a de la gueule.

Je ne pense pas m’arrêter là dans les livres de cet auteur car j’aime vraiment ressentir son professionnalisme tout au long de ma lecture, et ainsi, pouvoir m’instruire sur la personnalité de ces hommes et femmes en tout genre qui en viennent à ces actes dénués d’humanité… Mais mon prochain choix, se portera sur un serial killer bien précis, qui en « fascine » bon nombre d’entre nous : Jack l’Eventreur…

★★★★☆

« Lorsque je rentrais à minuit passé, parfois gorgé de sang de mes victimes, j’effaçais toute trace suspecte de es mains et de mes vêtements. Au retour de ma femme, nous discutions de notre journée de travail, de nos voisins, avant de nous endormir côte à côte. Je ne faisais jamais de mauvais rêves et mes nuits n’étaient jamais troublées par le manque de sommeil. »

( Peter Kürten à son psychiatre Karl Berg)

Life #2 – Bucket List 2017

Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement.
_
Martin luther King

Les Bucket Lists. Mais si, vous savez, cette liste que nous agrandissons au fur et à mesure que les jours, les semaines, les mois et les années passent. Cette liste qui nous donne envie de continuer et d’avancer car elle nous donne un but (parmi tant d’autres). Le plaisir de rayer ces choses que nous voulons absolument faire avant de mourir (ô joie ultime).

Il fut un temps, les bucketlists étaient très tendance. Détrompez-vous, je ne veux pas dire qu’elles ne le sont plus, mais je trouve qu’elles sont moins populaires qu’avant et je trouve cela un peu dommage.

J’ai retrouvé la mienne en fouillant dans mon ordinateur. J’ai eu le plaisir de voir que j’avais réalisé quelques-uns des voyages, expériences, actions, … que je voulais accomplir au moment où j’ai fait cette liste. Peut-être pas autant que ce que j’aurai espéré mais j’en suis vraiment satisfaite. Je ne vais pas vous mettre cette Bucketlist car j’ai envie d’en créer une autre…

En effet, j’ai envie de créer ma Bucketlist 2017, là tout de suite maintenant. Une Bucketlist personnalisée pour cette année. J’aime voir sur la durée d’une vraie bucketlist mais j’ai envie de voir qu’à la fin de cette année j’aurai également accompli beaucoup. Alors la voici :

——————————✔ Commencer un Bullet Journal
——————————✔  Adopter un Carlin
——————————✔ Partir un week-end en amoureux au bord de la mer
——————————☐ Trouver un autre emploi
——————————☐ Perdre du poids ( 10kgs ? )
——————————✔  Déménager dans un endroit plus sain
——————————☐ Faire du sport ( sans abandonner )
——————————☐ Mettre de l’argent de côté ( 100€ par mois ? )
——————————☐ Faire plus attention aux personnes que j’aime
——————————☐ M’améliorer en tant qu’être humain
——————————☐ Faire un mois Vegétarien
——————————☐ Etre moins bordélique et plus organisée
——————————☐ Sortir de ma zone de confort
——————————☐ Ne plus grignoter au boulot
——————————☐ Moins manger de fast food ( 1 à 2 fois par mois seulement ? )
——————————☐ Faire un autre tatouage
——————————☐ Lire plus ( 10 livres cette année )
——————————☐ Faire un week-end à l’étranger
——————————

Ce n’est sans doute pas la BucketList la plus folle que vous pouvez trouver sur le marché mais il est vrai que je fais partie des gens qui ont peur de prendre des risques. J’espère sincèrement pouvoir réaliser tout ce qu’il y a dessus et même accomplir plus que cela. Et j’en rajouterai pour peut-être même en enlever. C’est ce qu’on appelle grandir et évoluer. Il me tarde de voir jusqu’où je peux aller.

Et vous ? Il y a quoi sur votre Bucket List 2017 ?

Playlist #1 – Avril 2017

___ Our Last Night

Le mois d’avril touche à sa fin. On est lancé dans le printemps, dans les beaux jours, et c’est une période de l’année qui me donne toujours envie d’écouter beaucoup plus de musique que d’habitude. Des musiques qui bougent, des musiques qui ont des airs de vacances.. des airs de road trip. Alors voici pour moi les chansons qui m’ont suivi pendant ce beau mois d’avril.

THE TIDE – Click my Fingers

Il y a un mois je n’avais jamais entendu parler de ce groupe … et franchement, même si ce n’est pas mon style de musique habituel, je me suis laissée entraîner par leur allure de petits lovers pop. Ils ne sont pas très vieux dans le monde de la musique et n’ont pas beaucoup de chansons à leur actif si j’ai bien tout compris (ils sont avec leur label depuis 2015 ), mais il me tarde d’écouter leurs prochaines musiques, voir ce qu’ils ont à nous offrir. Je vous laisse écouter une de leurs chansons qui, je trouve, met du baume au coeur et de la légèreté dans ce quotidien aux allures, parfois, sombre.

OUR LAST NIGHT – Common Ground

Ce sont mes chouchous depuis un an. Je ne me lasse pas de les écouter et de les suivre sur les réseaux sociaux. En plus de faire de la bonne musique, qui laisse très souvent, un message d’espoir et de survit, ce sont des gars humains, proches de leurs fans et je trouve ça super. J’aimerais vraiment pouvoir les rencontrer/les voir sur scène un jour. En attendant ce moment, je guette assidûment la sortie de leurs prochains morceaux, de leurs prochaines vidéos. Ils sont très connus pour leurs reprises. Ils font des covers, qui pour moi, arrivent même à la hauteur des chansons originales ! Si je continue de faire ces playlists au mois, habituez-vous à les revoir à chaque fois, oui, à CHAQUE FOIS.

ANNIE – Who am I ?

Vous pouvez vous moquer de moi autant que vous le voulez, je suis une grande fan de films musicaux que ce soit Dirty Dancing, Chantons sous la pluie, Footlose ou … Annie ! Alors ici on ne parle pas du film de 1982, ni de la version de 1999, mais bien celle de 2014. On va passer le côté super enfantin du film, avec une actrice qui surjoue un peu (beaucoup) par moments. Mais j’ai beaucoup aimé ce film. Il est simple, mignon, il donne espoir, bref c’est le genre de film que j’adore regarder quand je ne veux pas me prendre la tête. En plus d’adorer cette chanson, je voue maintenant une addiction à Cameron Diaz… je trouve qu’elle chante divinement bien et je me demande ce qu’elle ne sait pas faire …

WALLOWS – Pleaser

Je pense que maintenant le nom de Dylan Minnette n’est plus un secret pour personne. Si vous aussi vous avez regardé « 13 reasons why », série qui fait beaucoup parler d’elle en ce moment, vous devez savoir que le personnage principal -Clay- s’appelle, en réalité Dylan Minnette, et que cet acteur a, dans la vraie vie, un groupe. Ce groupe s’appelle Wallows il est composé de trois jeunes hommes. Ils débutent tout juste dans le monde de la musique. Personnellement ce n’est pas du tout mon style et pourtant je n’arrête pas d’écouter leur chanson depuis que l’acteur en a parlé sur twitter. Vous connaissez ce sentiment, quand vous avec une envie folle de vous retrouver dans votre voiture, les fenêtres grandes ouvertes, la musique à fond, le vent dans les cheveux, lunettes de soleil sur le nez, sur les routes aux allures des routes US avec un soleil d’été qui te donne la pêche rien qu’en le regardant…. ? Et bien c’est cette sensation que je ressens en écoutant leur musique…

Audioslave – Like a Stone

Petite chanson écoutée en boucle avec le copain. Vous aussi vous avez le jeu « Guitar Hero » ? Vous aussi vous avez grandi une addiction pour ce jeu ? Vous comprenez ma douleur. Hé bien voilà d’où nous vient cette chanson. Bien entendu Audioslave reste un groupe quand même connu du public, bien que ce ne soit pas un groupe que j’écoute ou ai écouté souvent dans ma vie. Mais cette chanson fait son effet !

Paramore – Hard Times

Pour terminer je ne veux pas du tout parler d’un coup de coeur mais Paramore a sortit une nouvelle chanson et j’avais envie d’en parler avec vous. Personnellement je suis vraiment, vraiment mitigée. Pour moi ça fait un peu, nouveau look, nouveau style. Je suis déçue par cette nouvelle chanson parce que leur petit côté rock me manque. Il était léger mais présent. Ils l’ont complètement délaissé pour un côté plus pop et électro (si je peux dire ça sans que personne ne s’énerve ). Du coup, vous, qu’est-ce que vous en pensez ?

 

La playlist s’arrête ici. Quels sont vos morceaux coup de coeur du mois d’avril ? De nouvelles découvertes à partager ?

A bientôt pour un nouvel article !

Life #1 – Castmember à Disney

Mon histoire 

Par où commencer ? ah oui ! « Il était une fois … » moi, Sarah 25 ans (à l’époque), Castmember à Disneyland Paris, pour une durée d’un an. Eh oui, mon grand patron c’était M I C K E Y ! Alors oui le parc fête aujourd’hui ses 25 ans mais pour moi, le 12 avril c’est aussi autre chose ! En effet, il y a un an, jour pour jour, mon aventure Castmember se terminait ! En honneur à toutes ces « petites » choses à fêter, j’ai décidé de faire cet article pour revenir un peu sur cette année et partager avec vous un bout de mon expérience !

Je tiens également à dire que ceci reste mon expérience personnelle…
Pour les personnes qui ont et qui travaillent à Disney, souvenons-nous que nous sommes tous différents !
Ce n’est pas parce que quelqu’un a eu une expérience peu glorieuse qu’une autre n’aura pas le meilleur moment de sa vie…

On m’a très (très) souvent demandé, si travailler à Disney était un rêve ? J’ai toujours répondu « non » et je continuerai de répondre non encore longtemps. Comprenez bien: j’adore Disney. Tout comme vous ( ou la plupart d’entre vous ) j’ai grandi dans cet univers. Avec le temps, je me suis peut-être un peu plus tournée vers Pixar, mais Disney reste une partie intégrante de ma vie. Comme vous, je peux dépenser tout mon argent dans des goodies Disney manquants à ma collection… Sans regret. Mais travailler à Disney n’a jamais été un rêve. Cela peut sembler horrible à dire, mais je préfère faire partie des personnes qui vivent le rêve plutôt que ceux qui aident au rêve. Certains me comprendront. D’autres non.

A la base, je voulais travailler à Disney World, pour partir vivre aux USA, mais comme beaucoup le savent, quand vous postulez via International services, l’entreprise qui recrute pour DW, vous avez un questionnaire à répondre et un entretient skype à passer. Et les tatouages visibles sont interdits…

Mais voilà, j’étais à un moment de ma vie où je ne savais pas quoi faire et j’étais vraiment seule. Le destin fait bien les choses, Disneyland Paris recrutait, à ce moment-là, pour différents contrats pro et c’est en postulant à Pole Emploi que cette aventure commença.
Après un entretien à Pole Emploi (Serris), un entretien dans les bureaux Disney (Serris), un entretien Disney téléphonique et deux mois passés à harceler mon recruteur (Disney m’a fait tourner en bourrique)… J’ai eu une réponse. Et donc, parce que mon niveau d’anglais était trop élevé, on m’a recalé pour le contrat réceptionniste que je voulais tant… Mais ils m’ont offert l’opportunité de faire partie des hôtesses de billetterie, travail qui permettrait de travailler entre autres dans les offices de tourisme (et ben non)… Mais il y avait une seule condition, que je me remette à fond dans mon italien pour avoir au moins un bon niveau dans une troisième langue, sinon c’était la porte… J’ai passé les deux mois les plus longs de ma vie plongée dans mes cours d’italien… choses qui ne m’aura au final pas vraiment servi…

Le 14 avril 2015 – L’aventure la plus fatigante
mais enrichissante de ma vie commença…

J’ai déménagé dans une ville que je ne connaissais pas ( et dont je n’avais jamais entendu parler ). Pour me retrouver seule parmi des étrangers. Dans un monde qui me fascinait et m’effrayait… Je me souviens encore du premier jour… Mais la chance était avec moi. J’étais tombée sur une colocataire et un groupe de contrat pro tellement incroyables, que pas une seule fois je me suis sentie seule.

C’est difficile de revenir sur un an de sa vie, surtout quand elle a été aussi folle que celle-ci et je n’ai pas envie d’écrire un article à rallonge car je pense que cela ennuierait la moitié d’entre vous… Mais voilà ce que je peux vous dire de mon expérience à Disney.

Comme j’étais en contrat pro j’avais une journée dans la semaine où, mon groupe et moi-même, travaillions dans les « backstages » avec des formateurs spécialisés dans le tourisme.
(Car n’oublions pas que je bossais pour avoir à la fin de cet année un diplôme en poche.)
Donc je travaillais quatre jours sur le parc et un jour dans les « bureaux ». C’était un rythme assez éreintant, car préparer le diplôme demandait énormément de temps. Même le soir ou pendant mes jours de repos, il fallait bosser sur mon dossier.
Je n’ai jamais été aussi fatiguée que cette année-là. Le rythme était irrégulier, le boulot sur le parc était épuisant et stressant… Le plus drôle c’était quand j’entendais mes collègues dire que nous ne faisions pas partit des  » vrais employés » parce que, pour eux, nous ne faisions pas 35h de travail… Ca me mettait hors de moi. Non, nous ne passions pas 35h sur le parc mais bien 4 jours sur le parc, 1 jour en formation et bien des heures non payées chez nous …. et nous faisions tout ce travail pour un moindre salaire…

Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis mise à pleurer, que ce soit à cause de l’épuisement général, de mes supérieurs qui m’en mettaient plein la tête car j’étais trop réservée ou parce que les guests étaient infectes avec nous… Il m’arrive même à me demander comment j’ai fais pour tenir le coup. Je pense que mes collègues m’ont énormément aidé ( mais ce n’est qu’une toute petite poignée d’entre eux… ) et surtout… mon groupe de contrat pro qui a été une force pendant cette année. On était soudé et on s’est aidé jusqu’à la dernière minute. Ce n’était pas une compétition entre nous. Et ça m’a rendu plus forte que jamais.

Alors oui travailler à Disney ça demande du travail, de la volonté, de la force intérieur, un caractère de fer et beaucoup de passion. On ne choisit pas ses horaires, on peut être envoyé à droite et à gauche sans avoir son mot à dire…. C’est vraiment un monde à part.

Quelques mois après le début de mon contrat, pour celles et ceux qui me connaissaient à l’époque, je vous aurai critiqué Disney. Maintenant quand je repense à cette expérience, je ne veux pas dire que travailler à Disney c’est horrible. Non, c’est une chance, j’en ai pris conscience à la fin de mon contrat. Malheureusement je pense que la location où j’ai travaillé était loin d’être la meilleure.

Mais Disney c’est plus qu’un simple travail qui nous épuise jusqu’à la moelle, qui nous fait pleurer, qui nous stress… C’est une aventure et un travail sur soi-même à faire chaque jour. Il y a énormément de positif, certain dont je préfère me taire par respect pour les prochains castmembers. J’ai vraiment envie que vous découvriez ça à votre façon. Mais il y a des moments dont je n’oublierais jamais: les balades sur les parcs, les avant-premières, la fun run sur le thème de Star Wars, les moments avec mes collègues qui sont devenus des amis, les guest avec qui ont rigolent, avec qui on prend des photos, les guest qu’on arrive à faire rêver…. La liste est longue. Disney c’est une multitude de négativité et positivité.

Mais une chose que cette expérience m’aura apprise ( en plus d’arrêter de faire confiance à tout le monde ) c’est d’avancer. Avancer même quand cela ne va pas. Apprendre à être plus ouverte. Plus forte. Plus indépendante. De ne jamais abandonner. De ne pas trop juger. D’arrêter de juger en fait. On s’ouvre au monde en découvrant de nouvelles personnes de nationalité différentes.

Alors oui, mon expérience à Disney n’a pas été rose et parfaite. Mais malgré le nombre de personnes qui me critiquaient ( et qui n’étaient pas mieux que moi ), les moments de pleure, et tous ces moments de déprimes chez moi… n’enlèvent pas le fait que j’ai appris tellement sur Disney et sur moi-même, j’ai évolué. Mais surtout, j’ai créé des moments qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Je ne compte pas travailler de nouveau à Disney, si c’est la question que vous vous posez en ce moment. Même si, encore une fois, je pense qu’en étant dans une autre location, je pourrais vraiment apprécier le travail là-bas.

Dans tous les cas, je compte bien y retourner pour vivre la magie Disney.

Alors voilà. Il y a 25 ans jour pour jour, c’était la naissance de Disneyland Paris. La naissance d’un monde de rêve et de possibilités. On a tendance à oublier que tout ceci, c’est grâce à Mr Walter Disney. Si vous passez au parc, passer un jour par la case « tour guidé » vous en apprendrez tellement… Mais aussi, il y a un an jour pour jour, mon aventure se terminait. C’est une belle expérience que de faire partie de cette famille même si ce n’était qu’une année de ma vie. Alors oui, j’ai vécu l’enfer pendant cette année, mais j’ai aussi vécu de merveilleux moment.

Je ne regrette rien.

« Pour réaliser une chose vraiment extraordinaire, commencez par la rêver. Ensuite, réveillez-vous calmement et allez d’un trait jusqu’au bout de votre rêve sans jamais vous laisser décourager. »

Si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser en commentaire.

Movie #1 – Go Go Power Rangers

Power Rangers
Dean Israelite – 2017

—————————————————————-Distribution
——–Dacre Montgomery – Jason Lee Scott / Ranger rouge————————————Naomi Scott – Kimberly « Kim » Hart / Ranger rose
———RJ Cyler – William « Billy » Cranston / Ranger bleu————————————-Becky G – Trini Kwan / Ranger jaune
———Ludi Lin – Zackary « Zack » Taylor / Ranger noir—————————————–Bryan Cranston – Zordon
———Elizabeth Banks – Rita Repulsa—————————————————————-Bill Hader – Alpha 5 ( voix )

——————————————————————Synopsis

Alors que leur ville Angel Grove est menacée par des extraterrestres, cinq lycéens vont découvrir leurs pouvoirs de Power Rangers et se rendre compte qu’ils sont les seuls capables de sauver la Terre.

—————————————————————-  – –Avis
Si vous avez grandi dans les années 1990, fille ou garçon, «Power Rangers» a joué un rôle important dans votre vie ( oui, oui c’est une affirmation ! ). Cette série fait partie de ces petites choses qui nous ont façonné étant enfants.

Et ce qui est fou, c’est que tout ce qu’on aimait dans la série, on le retrouve à l’écran pendant les deux heures de films, qui nous paraissent presque trop courtes.

Du kitsch, des costumes rétro aux allures futuristes, des musiques qui cassent l’image complètement old school du film, le fameux « Go go Power Rangers » qu’on chantait dans la cour de récréation ( et ailleurs )… C’est un retour en enfance réussi et qui fait chaud au coeur. Je pense même qu’on pourrait décrire ce film de petit chef-d’oeuvre, pour toutes les personnes de ma génération.

L’histoire en elle-même est vraiment bien écrite et réalisée, il y a des longueurs par moments mais tout a sa place et tout a son importance. On a l’impression de faire nous aussi partie du groupe. Le film prend une certaine tournure de jeu vidéo et cela ajoute cet aspect « 2017 » plutôt intéressant, qui rend le film plus mature que ne l’était là série.

Terminé la réalisation année 90 et bonjour réalisation du XXIe siècle avec des effet spéciaux beaucoup plus importants, qui, avouons-le quand même, en mettent plein la vue. Power Rangers n’est plus un film pour enfants.

Bien entendu, que serait Power Rangers sans l’humour ? Ici, il a aussi son importance et on ne peut s’empêcher de rigoler à toutes ces blagues, qui, sortis de leur contexte, n’auraient probablement rien de bien amusant. Cependant il ne faut pas oublier, que vous avez de nouveau 6 ans. Et quand vous entendez les personnes assises à côté de vous, rire en choeur, cela donne encore plus l’impression de faire partie d’une même famille. La famille 90’s ! L’effet fonctionne. Le film fonctionne.

Le petit détail qui va sans doute turlupiner les fans purs et durs des séries 90, c’est les costumes qui ont un style beaucoup plus futuristes qu’on pouvait avoir au tout début, mais cela fait son effet, et c’est le plus important. On entre dans le jeu et dans la mise en scène. Tout concorde. Les Power Rangers sont bien de retour parmi nous.

Une des raisons qui m’a encore plus poussé à regarder ce film c’est Elizabeth Banks ( Pitch Perfect, Love and Mercy, Hunger Games,… ) qui incarne Rita. C’est une actrice que j’affectionne tout particulièrement et la voir dans ce rôle de méchante dans son costume vert bien rétro,… c’était difficile de passer à côté. Je l’ai trouvé, comme à son habitude: magnifique . Elle donne encore plus de « kitschitude » au film et pourtant, elle reste majestueuse. Par contre, qu’elle fût ma surprise de voir Bryan Cranston ( Malcolm, Breaking Bad ) jouer le rôle de Zordon…

———————————————————-   –En Résumé

Dire qu’il s’agit DU FILM DU SIECLE, se serait un peu exagérer, mais de mon point de vue, ce film retranscrit parfaitement ce que nous aimions tant chez les Power Rangers étant plus jeunes, et ce retour en arrière est plaisant. On retrouve le côté complètement rétro, l’humour facile, les musiques, les costumes, les méchants, les Power Rangers (surtout !), et ça fonctionne. Bien entendu, je pense que les personnes n’ayant pas grandi avec cet univers, trouveront le film un peu cheap, mais … est-ce que ce n’est pas ça aussi« Power Rangers » ?

«The answer to what is happening to you is here. You five are the Power Rangers.»

Shopaholic #1 – FIRMOO

Aujourd’hui je viens vers vous pour vous parler vue, pour vous parler lunettes, pour vous parler FIRMOO.

Ce site propose l’achat en ligne de lunettes à moindre coût, adaptées à votre vue ( ou des lunettes sans correction ). Les lunettes sont fabriquées et envoyées de Chine.  Le site est plutôt agréable à regarder et assez clair, même pour les personnes ayant du mal avec l’anglais ( le site est seulement disponible en anglais ).

Sur le site vous avez plusieurs options plutôt sympas, comme la possibilité de télécharger une photo de vous et ainsi pouvoir « essayer » virtuellement les montures qui vous intéressent. Attention le résultat visuel n’est pas le meilleur, il ne donne qu’un petit aperçu de ce que les lunettes POURRAIENT donner sur vous.

Le choix de monture est assez vaste ( peut-être pas autant pour les lunettes de soleil ). Elles sont Unisex et sont détaillées en centimètres donc vous pouvez comparer avec vos propres montures. Personnellement je n’avais pas fait attention à ce détail, elles étaient supposées être plus grandes que mes lunettes actuelles et pourtant elle me vont parfaitement bien (aucune gêne au niveau des joues ni des oreilles).

A savoir qu’ils ont également des offres intéressantes. Par exemple, j’avais une paire offerte si jamais je m’inscrivais sur le site. Je n’aurais probablement jamais sauté le pas et passé commande autrement. En ce moment il me semble que vous pouvez avoir 15% sur votre commande.

Oui et non. Même avec l’offre que j’ai eu ( les montures et les verres sans retouches offerts ), il faut tout de même payer les frais de port qui reviennent à 20 euros. Si vous commandez une paire de lunettes et payez plus de $55, les frais de port sont offerts et ça c’est plutôt avantageux !

Le lendemain de ma commande, je me suis rendus compte que les verres allaient être plus épais que la monture choisie et ça c’est un détail qui m’a toujours rebuté. Vous vous en doutez j’avais choisi les options pour avoir des lunettes gratuites,… Je contacte le service clientèle en expliquant mon problème. Ils me répondent le lendemain matin en expliquant toute la procédure à suivre et surtout quelle option choisir en fonction de ma vue ( il y a différentes options proposées pour les verres ).
Le coût pour l’amincissement du verre est de 19 euros ( une deuxième option à 35 euros est également disponible ). Mes lunettes me reviennent au final à moins de 40 euros.

J’ai passé commande le 25 mars vers 9h du matin et le 30 mars ma commande était expédiée. Ce qui fait 5 jours pour accepter une commande, faire des verres, amincir des verres, monter des verres sur la monture et envoyer le tout chez le client ? C’est plutôt pas mal, surtout avec le retard occasionné par ma demande d’amincissement de verre.
Dès expédition du colis, vous avez la possibilité de suivre chaque étape de l’envoi. L’itinéraire est mis à jour une fois voir plusieurs fois par jour.

Ma commande est arrivée aujourd’hui, mardi 4 avril 2017, soit 6 jours après son envoi de Chine.
Comme vous le savez, commander sur des sites étrangers n’est pas sans avoir des conséquences, vous pouvez avoir des frais de douane. Certaines Youtubeuses et blogueuses ont avoué avoir eu des frais à la réception des lunettes, mais comme c’était pour un partenariat avec le site, les frais leur ont été remboursés. Personnellement j’y ai échappé ( et tant mieux ! ).

Le transporteur TNT peut passer à n’importe quelle heure de la journée à votre domicile. Dans mon cas, ils ont reçu mes lunettes dans leur entrepôt ce matin à 11h  et ils m’ont livré à mon domicile le jour même à 15h . Voici les images du « colis » à sa réception.

Les lunettes sont livrées dans un étui. J’ai lu énormément d’avis négatifs sur cet étui. Personnellement je le trouve joli, j’aime ce côté « vieille carte du monde laissée dans le grenier depuis des dizaines d’années à la recherche d’un trésor oublié » ( ça ferait un bon titre de livre ). Il y a aussi un petit, mini, porte clé tournevis pour resserrer les branches des lunettes et ça c’est utile.

Il n’y à rien à dire au niveau des montures. Je les trouve magnifiques. Exactement comme sur la photo du site internet ( ici ).

Pour être honnête, je sens que les verres sont à ma vue, cependant j’ai cette gêne ( qu’on a souvent à chaque nouvelle paire de lunettes ). Je regarde un point fixe et ça va, mais dès que je bouge, l’effet ressentit est très étrange, comme si je regardais à travers un hublot. Il est dit qu’il faut quelques jours pour s’y habituer. Cependant, j’ai eu mal à la tête et j’ai préféré remettre les anciennes pour ce soir. Je compte bien les porter demain et les prochains jours pour essayer de m’y habituer après une bonne nuit de sommeil.

Sincèrement, je suis contente d’avoir donné une chance à ce site. Ca reste des lunettes de vue pour un coût vraiment intéressant ( Je le répète vous pouvez également acheter des lunettes sans correction ainsi que des lunettes de soleil ).


La commande a été expédiée et reçue dans un délai plus que raisonnable (il m’aura fallu en tout 11 jours pour recevoir les lunettes). Le site est complet et le service clientèle très efficace.
Pour le moment, il est difficile de parler de la qualité des verres mais la monture est vraiment très belle, ni trop lourde ni trop légère avec de belles finissions.

⚠️ Update du 5 avril 2017 : ce matin j’ai des maux de tête et mal aux yeux. Je n’ai porté les lunettes que quelques heures hier, mais je sens que ces maux viennent des verres. Je ne pense pas les porter de nouveau, mais j’aimerais énormément recycler les montures. Je les adore. Je ne regrette pas du tout d’avoir tenté le coup je pense que certaines personnes arrivent à trouver leur bonheur, et la qualité. Peut-être c’est simplement mes problèmes de vue (myopie et astigmatie) qui sont trop important… mais qui ne tente rien n’a rien. N’est-ce-pas? 

N’hésitez pas à me donner votre avis si vous connaissez déjà ce site
et si vous avez osé passer commande. 

Sur ce, je vous dis à bientôt
pour de nouvelles aventures.

Eccentrically Shy – C’est quoi ?

Et bien, c’est une multitude d’éventualités.

Ce sont des choses insignifiantes et pourtant importantes. Une tendance à se renfermer sur soi-même et à vouloir s’ouvrir au monde. Un passage de la réalité à la fiction. Aimer la vie et à la craindre aussi. Du courage et de la peur à foison. C’est aimer les dessins animés et les films d’horreur. Etre matérialiste et spiritualiste. Avoir de l’empathie mais ne pouvoir aider autrui. Etre personne et tout le monde à la fois. Être généreuse et égoïste. Vouloir une vie stable et une vie d’aventures. Ne rien vouloir acheter et tout dévaliser. Avoir peur de la mort et en être fascinée. Pleurer de tristesse comme de joie. Être calme et colérique. Torturée entre une pizza et une salade. Être une adulte avec un coeur d’enfant.

Je suis un mélange de contraires. Un mélange de possibilités. Mais surtout je veux partager la vie et la découvrir en retour grâce à vous. Pas n’importe quelle vie, je parle de ce que nous vivons tous les jours. Une vie d’envies qu’on ne peut pas toujours assouvir. Une vie d’aventures qu’on ne peut pas toujours vivre. Ce n’est pas que de la superficialité. Ce sont des banalités de la vie que nous rendons plausibles et incroyables. Et c’est ça, ce que ce blog a à vous présenter. C’est avant tout une histoire de partage entre vous et moi.

C’est donc avec beaucoup de plaisir (et de peur) que j’annonce officielle l’ouverture de

Eccentrically Shy !